Mon expérience avec l’épilation au laser (épisode 1)

Spencer, notre formidable stagiaire So Sweet Sensation, s’est porté volontaire pour partager son point de vue sur sa première expérience d’épilation au laser. De nombreux clients de So Sweet Sensation se posent les mêmes questions et angoisses avant d’essayer eux-mêmes l’épilation au laser !

Laisse moiNous commençons simplement ce post en précisant que je suis un homme. Un homme viril. Veuillez garder cela à l’esprit pendant que vous lisez ceci. La principale raison pour laquelle je ne me rase pas tous les jours est à cause de mon cou. Mon cou devient super sensible à la seconde où je pense même à le raser, sans parler des beaux poils incarnés que j’obtiens comme sous-produit. C’est juste le pire. Alors, quand on m’a dit que je devais essayer un traitement d’épilation au laser, j’ai su lequel je voulais.

Je suis allé voir notre réceptionniste et lui ai demandé de me fixer le rendez-vous disponible le plus tôt possible pour l’avant du cou (le temps de traitement pour l’avant du cou est littéralement de 5 minutes, il n’a donc pas été difficile d’obtenir un rendez-vous). Étant la personne remarquablement serviable qu’elle est, elle m’a informé que l’avant du cou est l’un des endroits les plus douloureux à traiter. Délicieux.

En tenant compte de cela, j’ai programmé mon rendez-vous juste après mon départ du travail un vendredi, donc si je finissais par pleurer ou quelque chose d’autre d’embarrassant, je pourrais simplement partir et espérer que tout le monde a oublié pendant le week-end.

Vendredi est venu plus vite que jamais auparavant. À la fin de mon quart de travail, je me dirigeai vers la réception pour saluer mon bourreau. Elle m’a conduit dans la salle de traitement (c’est-à-dire mon cercueil), m’a tendu des lunettes de protection pour mes yeux (qui a besoin d’yeux quand tu es mort ? !) Et m’a rappelé oLa dernière fois que ça allait être très douloureux (comme si j’avais oublié).

Pendant le traitement, de l’air froid souffle sur votre cou, ce qui aide à engourdir davantage la zone (prévenant, mais je me mouillais encore). Puis le laser a commencé.

J’étais tellement choqué par le peu de douleur que je ressentais que j’ai presque ri. Ce n’était pas confortable, mais c’était loin d’être le niveau de douleur « pleurer comme un bébé ». Je l’ai entendu comparé à la sensation d’être cassé avec un élastique, mais je dirais que cela ressemblait plus à être piqué avec de très petites aiguilles. C’était désagréable, mais ce n’était certainement pas le statut « c’est comme ça que je meurs ».

Après le traitement, mon cou était vraiment chaud, alors quand je suis arrivé à ma voiture, j’ai vérifié le rétroviseur pour voir comment c’était. On aurait dit que j’avais attrapé un coup de soleil exclusif à mon cou (assez gênant).

Il a fallu environ vingt minutes pour rentrer chez moi en voiture, et je suis arrivé en m’attendant à des blagues de plouc dès que j’ai franchi la porte; mais d’une manière ou d’une autre, la rougeur s’était complètement dissipée au moment où je suis rentré à la maison. Il était encore légèrement sensible au toucher, mais j’ai pu sortir dîner avec ma famille ce soir-là et aucun d’entre eux ne pouvait même le dire.

Maintenant, 2 semaines plus tard, mon cou se sent mieux que jamais. J’ai déjà constaté une nette réduction de la pousse des poils et le rasage est considérablement moins douloureux.

Ce traitement m’a vraiment ouvert l’esprit pour faire laserer d’autres zones de mon corps, surtout maintenant que je sais que j’ai déjà subi l’un des traitements les plus douloureux qu’ils aient à offrir. Restez à l’écoute pour plus d’aventures dans l’épilation au laser.

Laisser un commentaire